Le saviez vous?

Ces alliés peuvent être des organisations internationales, des organisations régionales, des organisations nationales ou locales. Lire+

Fiche d'expérience

Gestion des ressources naturelles du Haut Atlas Oriental Marocain : cas des terrains de pâturage et de l’eau d’irrigation dans la région d’Imilchil-Amellago

Une fiche d'expériencede Hrou Abouchrif. Ingénieur Agronome, Directeur Projets de l’Association ADRAR, Vice-Président de l'Association des Populations des Montagnes du Monde section Maroc ; Prix International Meilleur Gardien Biodiversité en Méditerranée.

Résumé

Si dans le temps les frontières entre les différentes tribus du Haut Atlas Oriental Marocain dépendaient en gros de la force et des alliances que chaque entité pouvait mobiliser, le tracé de chaque zone est devenu plus stable avec la fixation imposée par l’administration moderne. Les frontières entre ces tribus sont connues, "repérables sur le terrain". Elles sont généralement matérialisées par un ensemble de codes, de signes ou d’éléments physiques (oued, ravin, ligne de crête, col…).

De façon générale, la cohésion communautaire offre une protection potentielle face à la précarité des conditions de vie, à la fois en relation avec la rigueur du climat et l'incertitude de l'emploi et des sources de revenus. La globalisation culturelle et économique remet en cause cette cohésion sociale, les jeunes générations étant en particulier désireuses de plus d’autonomie. Les tensions entre le droit coutumier et le droit Ç moderne È sont de moins en moins bien assumées. Les institutions traditionnelles se trouvent souvent dans l’incapacité physique de plaider dans la Justice «  moderne », et les autorités locales se détournent de problèmes, ce qui fragilise les institutions traditionnelles en charge.

 

MOTS CLÉS
Terrain de pâturage, Gestion traditionnelle, Eau d’irrigation, Droit coutumier, Savoir faire local.



 

Langue de la FICHE d'EXPERIENCE : francais


Télécharger la FICHE D'EXPERIENCE