Le saviez vous?

La gestion en bien commun constitue aujourd’hui un patrimoine millénaire de connaissances citoyennes, de savoir-faire et de formes d’organisation et de régulation qui se projettent vers l’avenir - Voir la rencontre de Guérande. Lire+

Des méthodes et démarches de travail partagées


Au cours de ces dernières années, nous avons développé des démarches et des méthodes de travail qui sont de nature différentes. Elles constituent des points d'acquis communs pour une bonne partie des partenaires de cette alliance. Nous désirons ici les expliciter davantage et favoriser un échange sur ce sujet.

  • Une approche à partir des enjeux, des conflits, des points de levier


Nous pensons que chaque situation inplique des acteurs extrêmement variés, du local au global. Pour chaque situation, il est possible de faire apparaître des thèmes stratégiques possibles d'action. Mais cela requiert un travail d'analyse commun et de mobilisation de différents types de connaissances. Nous rencontrons souvent des situations conflictuelles. Il semble important dans ces processus de renforcer les acteurs les plus menacés, afin qu'ils puissent jouer un rôle dans les transformations sociale, économique et politique. En ce sens, les formations citoyennes et de leaders sociaux sont essentielles. Tout problème, s'il est abordé avec légitimité et avec la création de relations nouvelles, peut être porteur de développement fort, et dépasser très fortement la question posée initialement.


Nous avons été amenés à travailler sur des thèmes qui nous sont apparus clés et levier comme : la restauration collective et la restauration scolaire ; le poisson dans la restauration collective ; les systèmes alimentaires et les approches filières ; l'importance actuelle d'impliquer les universités dans la thématique de l'éducation populaire ; la formation de leaders sociaux ; la nécessité de mettre en évidence par des signes distinctifs la pêche artisanale dans le commerce national et international ; l'accès aux ressources naturelles pour les populations en place (montagnes, communautés de pêcheurs et paysannes) ; la mise en place d'une convention mondiale sur l'alimentation ; le rôle des consommateurs vis-à-vis des grandes surfaces et le pouvoir des grandes surfaces dans les filières ; la nécessité de s'engager au niveau international dans un processus de relocalisation adapté des systèmes alimentaires, etc.

 

  • L'approche de la complexité des situations. Agir et penser en complexité.

Aborder les situations en prenant en compte les points de vue variés d'autres acteurs peut permette de voir plus globalement et de manière nouvelle. Ouvrir le plus possible la gamme des actions possibles à engager dans une situation déterminée et prendre le temps de délibérer afin de choisir la forme d'action la plus appropriée par rapport à la situation. Savoir qu'agir sur une situation A avec l'intention de créer une situation B, peut avec le jeu des inter et rétroactions créer des situation inverses ou différentes de celles désirées. Il faut avoir la capacité de rectifier, de modifier les stratégies.

  • L'importance de la relation et de l'implication personnelle


Dans cette alliance, des organisations, des institutions sont impliquées. Mais sa force est dans les relations personnelles de confiance établies entre les personnes. C'est dans la relation, la découverte des autres, de leurs sentiments, de leurs réactions, de leurs actions et de leurs projets, que peuvent se nouer des projets plus larges, au niveau des régions, des pays, mais aussi international.

  • Des rencontres « Terre Citoyenne » internationale tous les deux ans

Ces rencontres internationales, qui peuvent prendre la forme de "sessions", "ateliers" ou "séminaires thématiques" ... se sont combinés avec des moments forts de visites de terrain et d'éxpériences ancrées sur les territoires et d'échange avec les acteurs locaux. Une approche nouvelle d'« atelier-visite », où les personnes prennent le temps de confronter leurs sentiments, leurs surprises avant leurs idées, est devenu un point de méthode que nous avons développé à plusieurs occasions durant ces dernières années. (voir ICI)

 

  • La méthode des atelier-visites (ou Learning Journey)


La pratique du « learning journey » mise en oeuvre par « Sustainable Food Laboratory » nous a permis de faire un saut qualitatif en matière de méthode de travail en lien avec différents thèmes. Nous avions développé des méthodes de rencontres de terrain. Mais une approche nouvelle d'« atelier-visite », où les personnes prennent le temps de confronter leurs sentiments, leurs surprises avant leurs idées, est devenu un point de méthode que nous avons développé à plusieurs occasions durant ces dernières années (atelier-visite avant le FSM Porto Alegre dans les campagnes brésiliennes ; atelier-visite sur la pêche en Chine ; atelier-visite autour du lac Victoria au Kenya ; atelier-visite intégré durant la rencontre de Reñaca au Chili sur le thème « Universités et Education Populaire » ; Mini-Lab en Chine sur les systèmes alimentaires durables en 2008 ; Journées Food Lab aux USA en septembre 2008 ; atelier au Mexique organisé par Agter sur la gestion locale des ressources naturelles en 2008, etc.). Cette méthode constitue un élément fondamental de rencontre entre les personnes, de création de présence, de construction de confiance, d'imaginaires préalables à tout travail ou projet commun.

  • Le lancement de processus multiacteurs


Le fait d'être confrontés à des situations complexes qui nécessitent, pour les transformer, d'impliquer le maximum de parties prenantes, est devenu de plus en plus clair dans nos esprits et dans nos pratiques. Ce type de constat a ouvert la possibilité d'accepter, puis de rechercher, la participation d'entreprises dans des processus multi-acteurs (cf. la création de l'Alliance des Pêches responsables, la création du Forum mondial sur l'Economie de la Banane, le projet de travail sur un label Pêche artisanale, la rencontre dans le secteur sucrier au Brésil réunissant des acteurs variés en vue d'établir des accords, ...). Ces démarches se confrontent dans le cadre de Terre Citoyenne. Et des projets seront développés sur ce thème, mais aussi sur les démarches et les méthodes suivies. Hervé Ott, a déjà mis en évidence des aspects-clés en matière de formation des leaders en lien avec l'approche des conflits inhérents à ces processus multi-acteurs (consulter doc).

 

  • Une méthode interactive et collaborative de débat, de production de connaissances et de livres (Méthode Machado)

     

Il s’agit d’une dynamique interactive réalisée à partir d'un texte de référence, suivant certaines règles, pour faire avancer rapidement les connaissances scientifiques ou bien les connaissances/savoirs tout court. Le résultat de cette interaction collective autour d’un sujet doit aboutir à une publication relativement courte (autour d’une centaine de pages), qui permet d’accompagner les interactions de tous, de visualiser l’évolution du débat et de mettre en valeur les conclusions atteintes. Une collection de livres est en préparation dans le cadre de l'Université Internationale Terre Citoyenne avec cette méthodes. En savoir plus.

  • Global café


Nous avions testé ce type de projet de communication il y a quelques années, avec Philippe Cassard. Nous avons repris ce projet avec Almedio, qui a sorti une belle série de «Global café» à l'occasion de la rencontre de Reñaca (Chili). Global Café constitue un moyen de restitution sensible, autour d'un café, d'un échange entre deux personnes sur un thème, une expérience. C'est un moyen de valorisation des personnes, de leurs expériences, de leur présence en un lieu, à un moment. D'autres partenaires comme le Cafolis s'intéressent à ce projet/démarche.



Une présentation de Global Café lors de la Rencontre sur leaders sociaux et Universités (Chili. décembre 2008)...

 

 

  • Les études de cas à dimensions multiples (Ecadim) en complément des fiches d'expériences


Depuis plusieurs années, nous avons mobilisé des expériences dans le cadre de travaux de collecte systématique sur certains thèmes. Cette démarche a permis de dégager des problématiques, des stratégies en les analysant de manière transversale. Ces collectes ont été réalisées selon la méthode de la fiche DPH, utilisée régulièrement par les partenaires de Terre Citoyenne. Nous pensons qu'elle doit être complétée par des études de cas à dimensions multiples, afin, en même temps, d'approfondir des cas, d'en faire des cas de référence, de s'appuyer sur eux pour argumenter les changements à réaliser, d'en faire des appuis en matière de formation. Cet aspect est expérimental. En savoir plus.

  • Des moments d'« Open Université »


Nous allons développer le projet «d'Université Internationale Terre Citoyenne» comme parapluie d'initiatives en différents lieux, comme validation de certains processus de formation, comme moyen de développer des échanges sur ce thème. Déjà, au cours de notre dernière réunion de coordination à Nant, en nous appuyant sur la présence des différentes personnes invitées porteuses d'expériences et d'analyses de propositions, nous avons organisé une série de conférences dans des hameaux, chez des personnes, durant deux soirées.


  • Opérations papillons, mutualisation Coredem

Différentes démarches de capitalisation ont été aussi utilisées, comme les opérations « papillons » (APPM, Rencontre des paysans et pêcheurs du Mercosur, Forum mondial de la Réforme AgraireForum des pêcheurs, Forumdes cultures dites illicites).

L'instrument de mutualisation de la Coredem dont fait partie Terre Citoyenneest aussi une démarche et un instrument dont s'est emparé une partie des partenaires de l'Alliance Terre Citoyenne. Les documents mis en consultation dans les ressources de notre site sont valorisés aussi dans la Coredem, une confédération de sites ressources pour une démocratie mondiale qui rassemble des partenaires autour d´une charte, d’un moteur de recherche et d’un wiki.

Agenda

RENCONTRE PUBLIQUE SUR LES BIENS COMMUNS

Pour la Transition, une économie du partage de la connaissance et des biens communs.

OBJECTIF PLANCTON

Action de science participative originale menée à Brest et à Lorient en partenariat avec Plancton du Monde.

AMENAZAS PARA LA PESCA EN EL MEDITERRÁNEO

24 de mayo 2014: visita y charlas en Vinaroz, región de Valencia.