Le saviez vous?

Ces alliés peuvent être des organisations internationales, des organisations régionales, des organisations nationales ou locales. Lire+

Souveraineté alimentaire: les propositions


  • La souveraineté alimentaire requiert la conception et la mise en pratique de technologies appropriées à partir d'une  vision holistique.
  • La souveraineté alimentaire doit disposer d'une approche systémique et incorporer  tous  les acteurs de la chaîne alimentaire (depuis le producteur au consommateur) ainsi que le niveau politique, législatif, etc.
  • La souveraineté alimentaire est une occasion de produire une corrélation de forces favorable à l'autonomisation de la citoyenneté en ce qui concerne son alimentation, son territoire, sa santé…
  • Défendre l'accès et la gestion sociale aux ressources naturelles (terre, eau, semences, etc.)
  • Identifier les propositions des secteurs d'intégration économique régionale en ce qui concerne la mise en pratique de politiques de souveraineté alimentaire (MERCOSUR, ALBA, UNASUR, etc.)
  • Introduire de nouveaux éléments dans la définition du concept de la souveraineté alimentaire tels que environnementaux, économiques et ceux relatifs au marché.
  • Introduire la problématique de la souveraineté alimentaire dans le milieu academique. La pédagogie est une attitude et non seulement un processus. Il faut rendre la recherche plus pédagogique en lui permetant d'approcher la paysannerie pour voir, connaître et comprendre les systèmes agricoles.
  • Définir de nouveaux cadres institutionnels de négociation des politiques alimentaires hors du cadre de l'OMC, qui donne un traitement exclusivement commercial aux aliments.
  • Intégrer dans les constitutions nationales la réalisation du droit à l'alimentation du point de vue de la souveraineté alimentaire, en connaissance de cause dont ce fait n'est pas une garantie pour son application.
  • Contribuer à l'élaboration d'une Convention mondiale sur le droit de l'alimentation dans le cadre d'une réforme future et nécessaire des Nations Unies.
  • Intégrer dans la convention Mondiale sur le droit de l'alimentation toute la chaîne. Production, commerce, transformation, industrie, commercialisation et consommation sont des aspects qui doivent être intégrés pour répondre aux problèmes concrets de la citoyenneté.
  • Construire le principe de la subsidiarité alimentaire comme concept qui propose de résoudre le problème de la faim avec la participation des citoyens, non seulement au niveau local mais aussi au niveau national, régional et international.
  • Favoriser l'intégration de plates-formes formatives (universités, instituts, collèges) et de systèmes pédagogiques dans le but de former des leaders sociaux à différents niveaux et dans une perspective globalisée, vaste.
  • La souveraineté alimentaire est un ensemble de politiques dont la réalisation passe par l'accomplissement de conditions préalables, en relation avec les droits de l'homme. La perspective de droits n'est pas en accord avec les gouvernements ni avec  un caractère institutionnel.
  • Il ne peut pas y avoir un développement législatif et une exécution de politiques publiques de souveraineté alimentaire sans la participation permanente de la citoyenneté.

Voir la suite des conclusions: les acteurs impliqués

Agenda

RENCONTRE PUBLIQUE SUR LES BIENS COMMUNS

Pour la Transition, une économie du partage de la connaissance et des biens communs.

OBJECTIF PLANCTON

Action de science participative originale menée à Brest et à Lorient en partenariat avec Plancton du Monde.

AMENAZAS PARA LA PESCA EN EL MEDITERRÁNEO

24 de mayo 2014: visita y charlas en Vinaroz, región de Valencia.