Le saviez vous?

La gestion en bien commun constitue aujourd’hui un patrimoine millénaire de connaissances citoyennes, de savoir-faire et de formes d’organisation et de régulation qui se projettent vers l’avenir - Voir la rencontre de Guérande. Lire+

La coopérative d’élevage de poulets, province de Bac Ninh. Vietnam

La coopérative d’élevage de poulets, province de Bac Ninh, 50 kilomètres d'Hanoi.

 
La coopérative est née d’un regroupement de plusieurs familles qui se sont retrouvées sans terres agricoles, et donc sans
possibilités de cultiver.
 
Plusieurs personnes se sont regroupées en 2006 sous le statut de coopérative : 14 familles et au total 27 membres. En 2009 la coopérative a obtenu un statut public, ce qui lui a permis de faire du commerce de détail et de gros avec les organismes publics. Sur les familles de départ, 3 ont arrêté la production, 3 ont changé pour aller fabriquer des meubles, 1 a changé pour élever des cochons. Ce qui conduit à des difficultés car il n’y a pas assez de membres aujourd’hui. De plus La coopérative veut poursuivre son activité mais elle se heurte au morcellement de la terre au Vietnam et à la très forte pression urbaine. Une autoroute est en construction à proximité car la zone est devenue une zone périurbaine.
 
La coopérative a créé un logo. Le bureau est constitué aujourd’hui du chef de la coopérative, un agriculteur, du vice-président, le vétérinaire, d’une personne pour la commercialisation, du trésorier, et de plusieurs bénévoles.
 
La production est de 15 000 poulets et poules pondeuses/an, 8000 œufs/jour au maximum. La coopérative a créé une nouvelle race de poulet hybride entre un poulet de combat vietnamien et un poulet chinois. Ce poulet est appelé “poulet coureur” mais il n’y a pas encore de label déposé aujourd’hui.
 
Le marché est régional, les grandes surfaces notamment mais leurs délais de paiement est trop long. Du fait de ces paiements différés, il y a de gros problèmes de trésorerie et de capital propre. Chaque famille cherche aujourd’hui à commercialiser directement. La vente directe prend le pas de plus en plus sur la vente aux grandes surfaces. Les circuits courts sont plus intéressants.

Aujourd’hui, les principaux problèmes de la coopérative viennent des problèmes vétérinaires et de l’augmentation des fournitures alimentaires alors que le prix du poulet baisse :

  • Le problème de la grippe aviaire a eu un gros impact. La production a fortement diminué. La situation est encore très incertaine aujourd’hui.
  • Les denrées alimentaires sont chères car elles sont importées de France, “Les potasses d’Alsace” par exemple, et leur filiale locale “La cigogne”. Il y a une politique gouvernementale pour réduire les importations mais le prix de la production locale est encore plus chère que celui des importations ! La famille du responsable de la coopérative produit des aliments et le prix de revient a baissé de 7 % mais ils sont seuls à adopter cette stratégie. Pour fabriquer les aliments composés, il faut des machines qui coûtent cher. L’accès au crédit est limité car le patrimoine de ces familles de petits producteurs est faible, les banques ne veulent pas prêter ; de plus les taux d’emprunts sont très hauts 1%/mois, c’est-à-dire 12 % par an, réduit par une subvention de 0,7%/mois de l’Etat. De plus les poulets mangent moins cette alimentation locale et préfère celle issue des importations ! Pendant la période socialiste, la production d’aliments du bétail était aux mains du gouvernement. Tout cela a changé par la privatisation, le marché a également été déstructuré par cette privatisation. Les grandes compagnies ont alors envahi le marché et contrôlent tout. Le Vietnam est entré à l’OMC mais cela n’a rien réglé, car les prix sur le marché mondial sont plus bas que sur le marché intérieur. Depuis peu, les prix à l’importation montent ; cependant le Vietnam ne produit pas assez de maïs aujourd’hui.
  • La grosse instabilité des prix est handicapante, cependant actuellement les prix montent. La raison de la baisse du prix du kilo de poulet n’est pas connue, mais il y a probablement les impacts des importations, de Chine pour les œufs, et celle Etats-Unis pour cuisses de poulets.

 
En 1995, avec l’aide de la Fondation pour le progrès de l’Homme, un colloque sur la coopérative a eu lieu. Mais le problème des
coopératives au Vietnam vient de leur statut qui les range dans la même catégorie que des entreprises privées. Donc elles ne sont pas favorisées. Une révision de la loi a été proposée mais c’est une peu tard. Le gouvernement préfère soutenir l’agriculture de contrat, c'est-à-dire une sous-traitance avec les entreprises agro-alimentaires, or les paysans détestent les contrats. Il y a encore au Vietnam une grosse influence du néolibéralisme.
 
L’avenir est donc très sombre car les autorités locales sont hostiles au regroupement foncier car l’industrialisation se développe et la commune la préfère à la consolidation agricole. Si les autorités locales ne permettent pas ce regroupement des terres projeté actuellement pour maintenir le poulailler collectif, il y aura beaucoup de problèmes ; de plus l’entente au sein des coopérateurs est difficile. Le poids des agriculteurs dans la commune est très faible, alors qu’ils sont nombreux. De plus le prix de rachat des terres agricoles est très trop bas. Le projet de protéger les terres et les rizicultures est donc vital, ce sont les meilleures terres agricoles et elles seront perdues au profit de l’urbanisation et de l’industrialisation. Aujourd’hui, par exemple le prix des terres à rizières est de 2 euros le mètre carré, il est de 50 euros pour les terres en vue d’industrialisation ou d’habitation.

Synthèse de la visite de la coopérative de poulet

La coopérative affronte de multiples problèmes qui ont de profondes similitudes avec les problèmes rencontrés dans d’autres pays du monde. Les pressions sont multiples, que se soit:
• Son organisation interne avec le départ de plusieurs familles,
• Ses difficultés de commercialisation,
• La pression de l’urbanisation et de l’industrialisation,
• Le peu de soutien des autorités locales,
• Le peu de soutien du gouvernement,
• La dépendance avec ce qui se passe au niveau international.

Agenda

RENCONTRE PUBLIQUE SUR LES BIENS COMMUNS

Pour la Transition, une économie du partage de la connaissance et des biens communs.

OBJECTIF PLANCTON

Action de science participative originale menée à Brest et à Lorient en partenariat avec Plancton du Monde.

AMENAZAS PARA LA PESCA EN EL MEDITERRÁNEO

24 de mayo 2014: visita y charlas en Vinaroz, región de Valencia.