Le saviez vous?

D'après l'International Food Policy Research Institute, 10 millions d'ha de terres disparaissent par érosion, par an. Chaque année, partout dans le monde, la croissance des villes et des bidonvilles, l'intensification des réseaux de transports, etc, soustrait à l'agriculture plusieurs centaines de milliers d'ha de surfaces souvent très fertiles. La surface de terre agricole par personne a diminué de près de la moitié depuis 1960.

Fiche de capital méthodologique

Voyages d’étude

Un voyage d’étude, ou atelier itinérant, est composé d’une série de visites de terrain articulées autour d’une thématique globale précise. Y participent un groupe de personnes accompagnées par des facilitateurs qui organisent et guident les visites de terrain. Chaque visite est accompagnée par une personne connaisseuse du sujet, généralement un agent local dont le rôle est décisif dans l’entité visitée. Les visites peuvent être complétées par des présentations plus théoriques visant à situer les visites dans leur contexte historique, politique, économique, social ou culturel. Il s’agit de visites de terrain où chaque personne peut prendre son temps pour découvrir des expériences locales pour, ensuite, partager avec le reste des assistants des impressions et sentiments suite à la visite.

Méthodes de Terre Citoyenne
Voyage d'étude

Objectifs

  • Déclencher une réflexion chez les participants sur une thématique préalablement définie.
  • Réfléchir sur sa propre réalité par la confrontation à une réalité différente.
  • Contribuer à enrichir les ateliers de réflexion.

Processus

  • Organisation de la rencontre et des visites. Pour cela il faut prendre en compte tous les aspects logistiques tels que l’hébergement, les repas et le transport. Si le groupe de visiteurs est grand on peut le diviser et réaliser des visites simultanées dans différents lieux.
  • Sur le lieu de la visite, échange avec les responsables. Les assistants peuvent poser des questions et connaitre l’expérience en profondeur.
  • Une fois finie la rencontre, le groupe s’offre un temps de réflexions personnelles pour ensuite partager, avec le reste du groupe, ses impressions.
  • Elaboration du document final de synthèse.


Fondements

Le concept de “voyage d’étude”, ou “atelier itinérant”, est né dans le cadre des réseaux soutenus par la fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme, et en particulier du réseau APM (Agricultures Paysannes et Mondialisation).

En faisant face à une réalité qu’ils méconnaissent, les membres du groupe développent peu à peu une réflexion collective. Ils apprennent non seulement des choses sur la réalité qu’ils découvrent et échangent entre eux, mais en plus ils commencent à renouveler, à reconstruire la vision qu’ils avaient de la réalité de leurs propres régions.

L’objectif principal d’un voyage d’étude est de déclencher une réflexion chez les participants sur la thématique préalablement définie. La réflexion se fait dans le groupe au rythme des visites et des présentations. Elle est facilitée par les accompagnateurs qui doivent orienter cette réflexion sans pour autant tirer eux-mêmes les conclusions et sans forcer le processus d’assimilation des connaissances.

Les participants ne sont pas originaires du lieu visité. En faisant sortir les participants de leur environnement habituel et en les confrontant à une réalité différente, dans laquelle ils n’ont plus les mêmes points de référence, on fait en sorte qu’ils voient leur propre réalité avec distance, avec de nouveaux yeux.

Les participants aux voyages d’études rentrent chez eux avec une série de documents (textes, vidéos, photos, etc.) qui les aideront à transmettre les connaissances et réflexions qu’ils ont partagées. L’idée est que le processus d’apprentissage ne prenne pas fin avec le voyage, mais plutôt que les participants partagent les résultats du voyage  avec les membres de leurs organisations respectives, avec leurs collègues, leurs étudiants, leurs employés, les membres de leurs syndicats, etc.; voire même qu’ils enrichissent à leur tour ce matériel par de nouvelles discussions et de nouveaux échanges.


Points forts de cette méthode

Un processus de cette nature induit un changement de référentiel et une évolution des analyses des participants. Il permet que le groupe développe une réflexion de façon participative. Il contribue à la création efficiente, entre tous, d’un matériel pédagogique aidant à transmettre les connaissances acquises à des personnes n’ayant pas pu participer au voyage. Il peut aider aussi à formuler des propositions innovantes.


Points faibles et obstacles de cette méthode

Suppose un grand effort logistique et financier pour réunir “en personne” un groupe de participants pouvant provenir des quatre coins du monde.





Applications

Sessions de Nant. 10 et 11 juillet 2011.
"Universités et Education Populaire". Atelier-visite sur ce thème intégré dans la rencontre de Reñaca au Chili.


Plus d'infos

Public: Participants de la rencontre.

Exécuteurs: Organisateurs de la rencontre.

Outils: Cette méthode suppose un grand effort logistique et financier.

Eléments pédagogiques: L’expérience entant que telle est un élément pédagogique.

Résultats/ produits: La rencontre entre les personnes est un résultat en soit, la création de présence, la construction de confiance et d’imaginaires pouvant mener à des travaux ou projets communs.

 

Méthodes associées:

Animation de rencontre

Pour en savoir plus

Les voyages d’études et ateliers itinerants: une méthodologie originale et un élément clé du travail d’AGTER.